Un univers de couleurs. Le nuancier des Manufactures nationales

Le 21 septembre dernier, j’ai passé ma journée au Mobilier national dans le cadre d’une opération en partenariat avec Wikimédia France. L’objectif ? Alimenter Wikipédia et Wikicommons en contenus (textes, photographies) sur les différents ateliers et manufactures du site parisien des Gobelins. Pour ma part, j’ai été accueillie – avec Sukkoria – au nuancier des manufactures. En complément de ma contribution sur l’encyclopédie en ligne, je vous propose de découvrir cet univers de couleurs.

Échantillons rouges du nuancier des Manufactures nationales. CC BY-SA Sukkoria

Sur le site parisien du Mobilier national se trouve une partie des ateliers de tapisseries (manufacture des Gobelins et de Beauvais) et de tapis (manufacture de la Savonnerie). Ces manufactures produisent, pour le compte de l’État, des reproductions de pièces anciennes et – surtout – des créations contemporaines, dont les cartons sont dessinés par les artistes vivants.

La laine et la soie nécessaires à ces productions d’exception sont teintées sur place, par l’atelier de teinturerie. Pour aider les lissiers à choisir leur palette colorée, une solution a été mise en place en 1986 : le nuancier, une immense bibliothèque de 20 000 échantillons, véritable mémoire de l’institution et outil de création. C’est cet espace fascinant que j’ai visité et que je vais tenter de vous raconter.

Nuancier des manufactures nationales (France) – CC BY Peccadille

Lire la suite de cet article »

La tissuthèque, un trésor dans La Piscine de Roubaix

Dans le précédent billet, je vous présentais le merveilleux musée de La Piscine de Roubaix. Peintures, sculptures, céramiques, costumes… le musée possède un autre trésor, que les visiteurs ne peuvent qu’apercevoir à travers une grande baie vitrée, au bout du grand bassin : la tissuthèque.

Un livre d’échantillon à la tissuthèque du Musée La Piscine, à Roubaix

La tissuthèque, des milliers d’échantillons textiles patiemment collectés et collés dans des registres, classés par saison et années : été 1897, printemps 1932… Le musée possède près de 5000 de ces livres d’échantillons, acquis entre 1835 et les années 1930 pour l’École industrielle : ils étaient composés par une entreprise parisienne, qui collectait les échantillons et les montait, très soigneusement, dans les livres, ensuite adressés à des abonnés.
La collection s’est enrichie de livres d’échantillons constitués par les industriels eux-mêmes jusqu’à des dates beaucoup plus tardives.

Lire la suite de cet article »