Un univers de couleurs. Le nuancier des Manufactures nationales

Le 21 septembre dernier, j’ai passé ma journée au Mobilier national dans le cadre d’une opération en partenariat avec Wikimédia France. L’objectif ? Alimenter Wikipédia et Wikicommons en contenus (textes, photographies) sur les différents ateliers et manufactures du site parisien des Gobelins. Pour ma part, j’ai été accueillie – avec Sukkoria – au nuancier des manufactures. En complément de ma contribution sur l’encyclopédie en ligne, je vous propose de découvrir cet univers de couleurs.

Échantillons rouges du nuancier des Manufactures nationales. CC BY-SA Sukkoria

Sur le site parisien du Mobilier national se trouve une partie des ateliers de tapisseries (manufacture des Gobelins et de Beauvais) et de tapis (manufacture de la Savonnerie). Ces manufactures produisent, pour le compte de l’État, des reproductions de pièces anciennes et – surtout – des créations contemporaines, dont les cartons sont dessinés par les artistes vivants.

La laine et la soie nécessaires à ces productions d’exception sont teintées sur place, par l’atelier de teinturerie. Pour aider les lissiers à choisir leur palette colorée, une solution a été mise en place en 1986 : le nuancier, une immense bibliothèque de 20 000 échantillons, véritable mémoire de l’institution et outil de création. C’est cet espace fascinant que j’ai visité et que je vais tenter de vous raconter.

Nuancier des manufactures nationales (France) – CC BY Peccadille

Lire la suite de cet article »

Quand on exposait les tapisseries dans la rue – petit détail du sacre de Louis XV

Aujourd’hui, les musées conservent pieusement des tapisseries réalisées il y a trois, quatre, parfois six siècles. Extrêmement fragiles, elles exigent mille précautions lors de la mise en exposition : il faut les protéger de la poussière, de la lumière, des tensions… Mais, il y a quelques siècles justement, on n’hésitait pas à déplacer, rouler et dérouler ces objets fastueux. La tapisserie, facilement transportable, était un élément idéal pour composer des décors éphémères. Au point que l’on les exposaient parfois, quelques jours durant, en plein air! Le sacre de Louis XV, à l’automne 1722, fut l’occasion d’imaginer le plus inouï décor de tapisseries de l’histoire de France.

Sacre Louis XV Reims, 1722. cavalcade

Martin le jeune, La Cavalcade le lendemain du Sacre à Reims, 26 octobre 1722, peinture, 1724, Château de Versailles

Lire la suite de cet article »