J’ai testé le guide de voyage sur liseuse électronique

Depuis ma récente acquisition d’une liseuse électronique, je multiplie mes expériences de lecture numérique. Une des dernières en date : un voyage à l’étranger avec la version Epub d’un célèbre guide touristique… Solution pratique ou mauvaise idée ?

Le Guide du Routard Amsterdam sur Liseuse Bookeen

Lire la suite de cet article »

Lecture numérique : bilan de trois semaines avec une liseuse

Dans le précédent billet sur la lecture numérique, je vous racontais ce qui avait décidé mon choix d’acquérir une liseuse électronique. Dans ce second volet, rédigé il y a un mois déjà, mais publié seulement maintenant, je vous propose un bilan après trois semaines d’utilisation de ma liseuse Bookeen. Précisons que ce billet n’est en aucun cas sponsorisé : il ne s’agit pas d’un placement de produit mais le reflet d’une expérience personnelle entièrement décidée et financée par moi-même.  

Georges Croegaert, Georges, Leisure Hours, huile sur toile.

Je dois avouer : dès les premiers instants d’utilisation, j’ai su que j’étais conquise. Ma liseuse à peine déballée et allumée, j’avais grosso modo compris la prise en main et il m’a fallu quelques minutes pour charger une centaine de livres (tous issus de Gallica, des clés du patrimoine…).

Une livraison très attendue !

Premier constat – qui me fait immédiatement regretter de ne pas avoir passé le cap plus tôt – le confort. C’est la révélation : pas de pages à tenir, pas de crampes ni de fourmis parce qu’on est mal installé ou que le livre est trop lourd. Peut-être même vais-je renouer avec le plaisir de lire au lit ? Le confort, c’est aussi celui des yeux. Suivant l’environnement, j’active ou non le rétroéclairage et varie son intensité.

Seule une chose m’inquiète : vais-je m’habituer à cette brève page noire, une fois toutes les quatre pages (l’écran de nettoyage si j’ai bien compris). Huit cents écrans plus tard, je me rendrai compte que oui, sans souci. Lire la suite de cet article »

Encore un écran ! Comment j’ai choisi ma première liseuse éléctronique

Depuis un mois, me voici « lectrice numérique ». Oh, je lisais déjà beaucoup sur écran (pdf divers et variés, articles en ligne, numérisation sur Gallica). Non, ce qui est nouveau c’est que je fais désormais partie du petit pourcentage de Français équipés d’une liseuse électronique. Dans ce premier billet, je vous propose l’autopsie d’un choix. Un second suivra pour relater mes premières impressions, après quelques semaines d’utilisation

Josep Duran, Repassant Album, 1872, Barcelone, Musée de Catalogne

Encore un écran ! Les raisons d’un choix.

Ce qui m’étonne le plus, dans toute l’histoire que je vais vous raconter, c’est le temps qu’il m’a fallu pour sauter le pas et m’équiper d’une liseuse.
Dans mon imaginaire, les liseuses sont des objets réservés aux « gros lecteurs », catégorie dans laquelle j’ai du mal à me ranger, pour la bonne et simple raison que je ne lis quasiment pas de fiction. Je lis certes beaucoup, mais uniquement des ouvrages scientifiques, dans le cadre de mon travail ou de la rédaction de billets pour le présent blog. Mes lectures sont fragmentaires, documentaires, et les livres que je consulte (souvent des « Beaux Livres » d’art) ne se prêtent pas (ou mal) au format ePub.. et encore moins au support réduit et noir et blanc de la liseuse. Lire la suite de cet article »

Quand la bibliothèque (numérique) prolonge l’exposition

Imaginons la visite muséale connectée de demain, où comment l’exposition pourrait devenir une bibliothèque, si l’on aidait un peu plus les ouvrages à voler hors des vitrines! 

Détail d'une enluminure, exposition "Miniatures flamandes", BnF/Bibliothèque royale de Bruxelles

Détail d’une enluminure, exposition « Miniatures flamandes », BnF/Bibliothèque royale de Bruxelles

Lire la suite de cet article »