Tous les secrets du verre au Moyen Âge

Si, comme moi, la vue d’une fiole colorée ou d’un fin verre antique brisé vous émeut au plus haut point (quel miracle d’avoir traversé les siècles !), l’actuelle exposition du Musée de Cluny est à ne manquer sous aucun prétexte. Une proposition réussie qui vous fera voir l’art du verre au Moyen Âge d’un œil nouveau : l’accrochage est digeste et diversifié et l’exposition vous réserve quelques insolites surprises !

Gobelets à cabochons provenant d’un palais italien, fin XIVe siècle, Tarquinia, musée archéologique national.

>>> Cette exposition est sélectionnée parmi mes 6 immanquables de la rentrée <<<

Vaste sujet que l’art du verre au Moyen Âge ! La commissaire Sophie Lagabrielle a retenu trois aspects, qui forment les trois chapitres du parcours : le verre d’architecture (entendez vitraux et vitrages); le verre creux (entendez les récipients) et enfin le verre précieux et de précision (objets d’art et optique).

Vase-reliquaire de Saint Savin, France, XIe siècle, Musée de Poitiers

L’exposition se déploie — comme à l’habitude au musée de Cluny — dans les espaces des anciens thermes gallo-romains. Réjouissons-nous tout d’abord de constater que le musée a pris en compte les critiques formulées par le public lors des précédentes manifestations : l’espace est bien plus intelligemment investi et la lisibilité des textes a significativement été améliorée !

Scénographie de l’exposition « Verre, un Moyen Âge inventif »

Lire la suite de cet article »

Sélection personnelle des expositions à ne pas rater cet automne !

Fin septembre, début octobre : les vernissages et les visites presse se succèdent. Les expositions de l’été ferment leurs portes, celles de l’automne ouvrent les leurs…
Quant à moi, faute de pouvoir suivre ce rythme effréné des inaugurations, je mets à jour ma liste des expositions à voir. Voici ce que j’ai sélectionné pour cet automne (à Paris uniquement). N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour partager vos propres coups de cœur !

Rubens, portraits princiers

Des peintres flamands du XVIIe siècle, je préfère Jordaens et Van Dyck à Rubens. Surtout quand il s’agit de peinture d’Histoire — religieuse ou mythologique. Adolescente, je détestais les grands tableaux de Rubens du Musée des Beaux-Arts de Rouen : la touche, les couleurs (ces joues trop rouges !), tout me déplaisait… Mais ça, c’était avant. Avant de découvrir les splendides portraits de Rubens : la présence des modèles, le faste des costumes, les subtiles textures des soies… Je l’avoue, de Rubens portraitiste, ce que je préfère, ce sont les vêtements : son talent pour rendre les effets de la lumière sur le tissu, sa minutie à transcrire le moindre détail d’une précieuse dentelle…


Et de beaux vêtements, il va y en avoir à l’exposition du Musée du Luxembourg, puisque l’accrochage est consacré aux portraits princiers !
Au delà de mon goût pour le costume peint, j’attends de cette exposition qu’elle porte un discours riche sur la société de cour du XVIIe siècle et sur les échanges entre les différents royaumes d’Europe à cette période. Car Rubens ne s’est pas contenté d’être un peintre : d’Anvers à Paris, de l’Espagne à l’Angleterre, l’artiste a aussi eu un rôle de diplomate auprès des grands de ce monde !

Rubens, Portraits princiers, musée du Luxembourg, du 4 octobre 2017 au 14 janvier 2018. 

André Derain, une décennie radicale

Peintre fauve puis cubiste, André Derain est une figure importante — mais trop méconnue — des avant-gardes françaises du début du XXe siècle. Le Centre Pompidou entend porter un nouveau regard sur une période particulière de l’œuvre de l’artiste, celle de la décennie 1904-1914 durant laquelle le peintre embrasse les courants les plus radicaux avant de tracer sa propre voie singulière, dite « byzantine ».

Affiche de l’exposition André Derain au Centre Pompidou

J’aime beaucoup le visuel choisi par le Centre Pompidou pour l’affiche de l’exposition : un détail de la danse (1906). La stylisation des traits, le graphisme du drapé témoignent d’un regard de l’artiste sur l’héritage de l’art roman. Les sources d’inspiration de Derain (l’art médiéval, l’imagerie d’Épinal, les arts dits « primitifs ») seront abondamment évoquées dans cette exposition, comme l’annonce le dossier de presse. Voilà une autre raison de m’y déplacer en plus de mon goût pour les belles couleurs des vues de Londres par Derain et de mon intérêt pour l’estampe (car l’artiste a aussi été un inventif xylographe).

André Derain, Big Ben, 1906, Musée d’art moderne de Troyes.

André Derain, la décennie radicale, Centre Pompidou, du 4 octobre 2017 au 29 janvier 2018. 

Verre, un Moyen Âge inventif

Je suis toujours fascinée par les objets en verre antiques ou médiévaux que l’on peut admirer dans les musées. Au vu de la fragilité du matériau, il m’apparaît presque miraculeux que ces verres, fioles, carafes ou autres récipients aient traversé les siècles jusqu’à nous.

Gobelets à cabochons provenant d’un palais italien, fin XIVe siècle, Tarquinia, musée archéologique national.

J’ai donc considéré avec intérêt l’annonce d’une exposition consacrée au verre médiéval… Tout en ayant une petite crainte : un tel sujet peut vite se révéler très austère — crainte d’autant accrue que les dernières expositions du Musée de Cluny m’avaient un peu déçue.

Visite faite (édit : le compte-rendu est là), je suis convaincue par le propos et les choix scénographiques. Une exposition riche… et surprenante, qui vous mènera des magnifiques vitraux colorés aux bésicles, les ancêtres des lunettes, en passant par les urinaux, ces récipients utilisés par les médecins pour examiner les urines de leurs patients !

Empreinte de lunettes dans un Recueil de Sermons de saint Augustin, livre imprimé, Paris, 1494-1579, Orléans, Médiathèque Maurice Genevois, Inv . ResA1607 et paire de lunette du XVIe, conservée au Musée national de la Renaissance à Ecouen.

Verre, un Moyen Âge inventif, Musée de Cluny, du 20 septembre 2017 au 8 janvier 2018.

>>> Lire ma chronique sur cette exposition <<<

Gauguin, l’alchimiste

Cet hiver, Gauguin est à l’honneur, sur la toile des cinémas, avec un biopic consacré à ses années polynésiennes, et sur les cimaises du Grand Palais. Espérons que l’exposition rétrospective consacrée à la carrière de cet artiste majeur de la fin du XIXe siècle ne tombe pas dans les mêmes travers que le film en gommant les aspects les plus problématiques de sa personnalité, et notamment son rapport avec les femmes durant son séjour tahitien. Je ne suis pas assez compétente pour parler avec justesse de ce sujet, aussi vous renvoyé-je aux articles parus sur la question il y a quelques semaines.

Affiche de l’exposition Gauguin au Grand Palais

Pour ce qui est de l’expo, je l’attends avec impatience car j’aime énormément l’esthétique de Gauguin, notamment dans le domaine de l’estampe (il est l’un de ceux qui ont remis au goût du jour l’esthétique de la xylographie « primitive »). Le propos des commissaires est justement de montrer la complémentarité des pratiques créatives de Gauguin : peinture, sculpture, gravure…

Gauguin, Clovis dormant, huile sur toile, 1884. Dans cette oeuvre, Gauguin figure son fils endormi, tenant la choppe de sa mère, Miette.

Face à la complexité de l’œuvre de Gauguin, je pense que j’aurais beaucoup de mal à produire un compte-rendu à la hauteur de mes attentes. Alors, je vais être raisonnable et ne vous promettre qu’un focus sur son œuvre gravé, domaine que je maîtrise beaucoup mieux 😃

Gauguin, Le porteur de Feï, xylographie, 1898-1899, Galerie Sarah Sauvin

Gauguin, l’alchimiste, Grand Palais, du 11 octobre 2017 au 22 janvier 2018.

François Ier, une autre Renaissance

J’avais beaucoup aimé l’exposition de la Bibliothèque nationale de France consacrée au règne de François Ier en 2015, qui n’avait malheureusement pas obtenu la couverture médiatique qu’elle méritait. Je garde aussi une certaine déception de n’avoir pas fait, la même année, le déplacement à Blois pour y admirer l’exposition « Trésors royaux, la bibliothèque de François Ier » qui regorgeait de magnifiques manuscrits enluminés. Aussi, je ne veux pas rater l’occasion de vous parler ici de l’exposition à venir au Louvre sur François Ier et l’art des Pays-Bas.

Jean Clouet, Portrait équestre de François Ier, XVie siècle, Musée du Louvre.

François Ier, tout le monde l’associe à Chambord, à Fontainebleau, à la Renaissance, et donc, à l’influence italienne. Mais saviez-vous que le roi a aussi montré un grand intérêt pour les arts du nord de l’Europe, faisant venir des peintres des Pays-Bas et y commandant de nombreuses œuvres précieuses, telles de somptueuses pièces d’orfèvrerie ou de luxueuses tapisseries, art dans lequel les Flamands étaient maîtres ?

Une autre Renaissance, donc, est à découvrir au Musée du Louvre cet automne, et je serai au rendez-vous, d’autant qu’il y aura beaucoup d’oeuvres des Clouet, que j’aime énormément.

François Ier et les arts des Pays-Bas, Musée du Louvre, du 18 octobre au 15 janvier 2018

L’art du pastel de Degas à Redon

Admirer des pastels de Degas ou de Redon (ou de tout autre artiste, d’ailleurs), c’est toujours un privilège rare. Car les pastels sont de ces œuvres graphiques très fragiles, qui souffrent de la moindre variation d’humidité, du moindre rayon de lumière et de la moindre manipulation. Fragiles, précieux, et donc rarement montrés. Voilà ce qui rend immanquable l’exposition du Petit Palais de Paris, qui présente cet automne 150 pastels des meilleurs artistes de la seconde moitié du XIXe siècle, période à laquelle cette technique connaît une grande faveur et un fécond renouvellement.

L’affiche de l’exposition l’Art du Pastel, de Degas à Redon

Je n’ai encore rien vu fuiter de cette exposition : ni photos des œuvres ni de la scénographie. Pour cette dernière, je n’ai aucune crainte, le Petit Palais nous éblouit toujours par l’inventivité de ses scénographes. Pour les œuvres, j’ai aussi toute confiance, rien qu’à lire la liste du communiqué de presse : Mary Cassatt, Edgar Degas, Odilon Redon, Jacques-Emile Blanche (un Rouennais !), Paul Gauguin, Auguste Renoir… Bref, du beau monde, de belles feuilles !

Odilon Redon (1840-1916). « Vieil ange ». Pastel et fusain sur papier beige collé sur papier, 1892-1895. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.

L’art du pastel de Degas à Redon, Petit Palais, du 15 septembre 2017 au 8 avril 2018

Et vous, qu’irez-vous voir cet automne ? 

Portraits et clichés de l’architecte

Comment, au cours des siècles, a-t-on portraituré les architectes ? C’était le sujet (un peu austère, mais passionnant) de l’exposition estivale de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, que j’ai vue in extremis à la fin du mois d’août, juste avant qu’elle ne se termine.

Philippe de Champaigne, Portrait de l’architecte Jacques Lemercier, huile sur toile, 1644, Versailles, Musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon.

La représentation de l’architecte : voilà un sujet pour me plaire. J’ai en tête les beaux portraits peints du XVIIe siècle, avec leurs étalages d’outils et de références artistiques témoignant du métier et du goût de leur modèle. Je pense — évidemment — aux gravures qui diffusèrent en nombre ces effigies.

Scénographie de l’exposition « L’architecte. Portraits et Clichés » à la Cité de l’Architecture.

Mais voilà, je ne peux cacher que j’ai été un peu déçue par l’exposition  « L’architecte. Portraits et Clichés ». de la Cité de l’Architecture. C’est un reproche que je fais fréquemment aux productions de cette institution : trop. Trop d’artéfacts, trop de sections, trop de textes… et un parcours somme toute un peu monotone : « le portrait de l’architecte », présenté dans un strict ordre chronologique ; « l’architecte au travail » ; « l’architecte à la une » qui traitait autant de sa représentation dans la presse que dans la culture populaire (timbre, jeux de société, cinéma).

Scénographie de l’exposition « L’architecte. Portraits et Clichés » à la Cité de l’Architecture, Paris

Si j’ai été déçue, j’ai tout de même eu un certain intérêt à lire les textes de salle et à admirer certains artéfacts : de beaux portraits peints, l’émouvant « nécessaire de travail » de ce cher Henri Labrouste… Lire la suite de cet article »

Jardins ! La nature domestiquée et exposée

La saison dernière, j’ai vu deux fois l’exposition « Jardins » au Grand Palais, qui s’est achevée le 24 juillet 2017. J’avais envie de vous en parler, car c’était un événement que j’attendais avec impatience : comment traiter d’un tel sujet, comment mettre le jardin en exposition ?

Etienne Allegrain, Vue cavalière du château et du parc de Saint-Cloud, 1676-1677, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon.

« Jardins » m’a à la fois séduite et déçue. Déçue parce qu’il y avait peu d’explications : beaucoup d’oeuvres m’ont interpellée, intriguée, charmée et j’ai été bien frustrée de ne pas trouver d’explications les concernant (il n’y avait AUCUN texte de salle). Séduite parce que l’accrochage était beau, rythmé, rassasiant : beaucoup d’oeuvres, un parcours plein de surprises et de jeux d’échos… le manque de médiation écrite était alors largement compensé par la richesse des oeuvres.

Antoine Ignace Melling, Le château de Ris-Orangis, aquarelle, 1811, Sceaux. (détail)

Le présent billet est donc le compte rendu de ma visite et de ma plongée dans le catalogue (que j’aimerais bien me procurer !) et vise moins à l’exhaustivité qu’à fixer les souvenirs que je souhaite garder de cette production.

Lire la suite de cet article »

Camille Godet, un peintre à Rennes dans la première moitié du XXe siècle

De passage (rapide) à Rennes, j’ai pu voir in extremis l’exposition estivale du Musée des Beaux-Arts, consacrée à une figure artistique locale de la première moitié du XXe siècle, Camille Godet.

Vue d’ensemble de l’exposition Camille Godet

Par cette exposition, le musée entend faire (re)découvrir à son public le peintre auquel la ville doit plusieurs de ses grands décors (Hôtel de Ville, Maison du Peuple, salon de l’Opéra), mais également mettre en valeur un important don d’une centaine de dessins consenti par les héritiers de l’artiste, il y a 27 ans déjà. Lire la suite de cet article »

Pissarro à Eragny

Vous le savez peut-être, j’ai une certaine passion pour Camille Pissarro – enfin surtout pour les vues urbaines peintes par Pissarro et pour Pissarro graveur. Alors quand j’ai appris que deux musées parisiens allaient consacrer des expositions à cet artiste impressionniste cher à mon cœur, vous pensez bien que j’étais ravie… et j’ai laissé filé le temps sans visiter les expos… ni vous en parler ! Elles sont toutes deux maintenant terminées, mais je tiens quand même à vous offrir ma « visite par procuration » !

Camille Pissarro, Jardin potager et clocher d’Eragny, 1899, Fukushima Prefectural Museum of Art. (détail)

Né en 1830 aux Antilles danoises (aujourd’hui Iles Vierges des Etats-Unis), Camille Pissarro est l’un des artistes majeurs de l’impressionnisme. Il sera d’ailleurs le seul à participer à toutes les expositions du groupe (entre 1874 et 1896). Contrairement à Monet – qui terminera sa vie dans l’aisance et la consécration, Pissarro a connu toute son existence la précarité : ses parents ont du l’aider financièrement jusqu’à ses 40 ans !

Anarchiste, père de huit enfants, il a souvent dû changer de logement faute de revenus suffisants. Ces difficultés financières n’empêcheront pas la famille de rester très soudée : les lettres échangées entre l’artiste et ses proches témoignent de cet attachement filial mais aussi du dialogue artistique entre les membres.

Camille Pissarro, Laveuse dans le jardin d’Eragny, 1899, collection privée (détail)

Pissarro est un artiste prolifique, acharné : on estime qu’il a peint, au cours de sa carrière, plus de 1500 tableaux, auxquels s’ajoutent d’innombrables dessins, gravures… Lire la suite de cet article »

Les géométries amoureuses d’Othoniel

Cet été, l’artiste Jean-Michel Othoniel est à l’honneur à Montpellier et Sète avec une double exposition « Géométries amoureuses ». Au CRAC (Sète), l’artiste présente ses dernières créations. Au Carré Sainte-Anne (Montpellier), il déploie sa collection personnelle – c’est-à-dire celles de ses oeuvres qu’il a choisies de conserver pour lui plutôt que de les vendre.

Vue de l’exposition Géométries Amoureuses, se collectionner soi-même, de Jean-Michel Othoniel, à Montpellier

Othoniel, assurément, vous connaissez : il est l’auteur d’une des plus célèbres bouches de métros de Paris, celle de la Place Colette au Palais Royal. Le « Kiosque des noctambules » (2000), avec ses grosses perles colorées et ses carreaux argentés. Certains adorent, d’autres détestent, mais personne ne reste indifférent.

Longtemps, je n’ai connu Othoniel qu’à travers ce kiosque féerique et de gros colliers exposés à la FIAC (qui ne m’avaient à l’époque pas du tout plu). Et puis, en 2011, le Centre Pompidou a programmé une très belle rétrospective dont je garde quelques images éblouies – une barque échouée – ; d’autres, plus énigmatiques – des tas de soufre.

Jean-Michel Othoniel, Le bateau de larmes, barque et perles, 2004, exposée au Centre Pompidou en 2011

Le temps a passé et quand Jean-Luc Cougy du blog En Revenant de l’Expo a annoncé une double exposition Othoniel dans sa région, j’ai sauté sur la première occasion de venir la voir (et le voir !).

Jean-Luc, qui m’a accompagné dans ma découverte, avait suivi la visite presse en présence de l’artiste (le chanceux !) – j’ai ainsi pu bénéficier de ses connaissances de l’œuvre, mais aussi de ses conseils pour découvrir les deux parcours dans les meilleures conditions possibles.

Note au lecteur : ce billet de blog contient beaucoup de photos de l’exposition et constitue un véritable spoiler. Aussi, si vous comptez déjà vous y rendre durant l’été, je vous conseille sincèrement de garder la lecture de ce billet pour plus tard. Les émotions sont beaucoup plus fortes si on y entre sans rien en avoir aperçu.

Lire la suite de cet article »

Alfred Sisley, l’impressionniste.

Alfred Sisley. Certainement le plus méconnu des « grands noms » de l’impressionnisme. Et pourtant, il est de ceux qui sont restés le plus longtemps fidèles aux principes fondateurs de ce courant pictural. Son catalogue raisonné, abondant, compte 900 peintures. Pour son exposition estivale, l’hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence, propose à ses visiteurs de redécouvrir l’œuvre de Sisley.

Alfred Sisley, Bougival, 1876, Cincinnati Art Museum.

Je suis loin d’apprécier la peinture de Sisley autant que j’aime les tableaux de Pissarro. J’allais voir l’exposition d’Aix pour mieux connaître l’artiste – dont je n’ai en tête que la célèbre série de l’inondation à Port-Marly (quelle déception, il n’y en avait qu’une !) et les paysages de Moret-sur-Loing (déjà évoqués dans un précédent billet).

Je dois avouer que je n’en reviens pas avec une passion fulgurante pour le peintre, mais l’accrochage comme le discours ont répondu à mes attentes : c’est une exposition estivale agréable, facile à aborder. Le parcours est chronologique et centré sur les différents lieux de vie du peintre – le paysage du quotidien ayant toujours été son motif préféré.

Alfred Sisley, La Seine à Bougival en hiver, 1872, Lille, Musée des Beaux-Arts

Pourquoi Sisley est-il moins connu que ses célèbres confrères, Monet, Renoir, Degas, Pissarro ? Est-ce que Sisley ne serait pas un peu méprisé pour le caractère répétitif de sa peinture ? Un petit nombre de thèmes, un style fidèle sur plusieurs décennies, sans l’évolution picturale qu’ont connue Monet et Pissarro ? Lire la suite de cet article »

Remonter le temps au FRAC Bretagne

J’ai toujours été attirée par les œuvres qui posent la question de l’archivage de soi-même, de la mémoire de sa propre créativité. Aussi, quand, étant de passage à Rennes pour un déplacement professionnel, j’ai lu l’argument de l’exposition estivale du FRAC Bretagne, je me suis dit que je ne pouvais rater l’événement. Une expo qui explore à la fois la thématique de l’autobiographie dans la création artistique et celle de l’appropriation des codes muséaux et archivistiques par les artistes, c’était une exposition conçue pour moi !

Vue de l’exposition « Remonter le temps » au FRAC Bretagne. Au fond, une oeuvre de Boltanski

Impressionnée (et déboussolée) par le très beau bâtiment signé Odile Decq, qui abrite depuis 2012 le FRAC Bretagne, j’ai commencé l’exposition par le milieu, découvrant, dans la galerie est, l’immense installation d’Ilya Kabakov, qui m’a déroutée avant de me séduire.

Bâtiment du FRAC Bretagne à Rennes par Odile Decq.

Lire la suite de cet article »

Les linogravures de Céline Prunas exposées à Reims

Ces derniers mois de nombreux lecteurs de ce blog se sont découvert une passion pour la linogravure. Alors, si vous passez par Reims durant les prochaines semaines, il y a une exposition à ne pas manquer, celle de Céline Prunas au Cellier.

Détail d'une linogravure de Céline Prunas, Le Ciel, 2016

Détail d’une linogravure de Céline Prunas, Le Ciel, 2016

La technique de la linogravure, Céline Prunas ne l’a découverte que récemment. En résidence à la friche artistique rémoise La Fileuse, l’artiste projette de peindre. Séduite par les odeurs d’encre qui émanent de l’atelier voisin d’une typographe, elle abandonne subitement tous ses projets pour se lancer à corps perdu dans la gravure, avec le soutien de l’association Aquaforte. Deux ans plus tard, la voici présentant pour la première fois au public ses tirages dans le très bel espace d’exposition de la ville de Reims, le Cellier.

Vue de l'exposition Anima Mundi au Cellier

Vue de l’exposition Anima Mundi au Cellier

Lire la suite de cet article »

Trois siècles de tourisme à Paris

Paris est une des destinations les plus prisées des touristes : chaque année, ils sont des millions à fouler le trottoir des Champs-Elysées, les parquets du Louvre et les pavés de Montmartre, irriguant tout un pan de l’économie française.  Alors que les récents attentats inquiètent sur la vitalité du secteur, la galerie des bibliothèques de la ville propose un regard sur trois siècles d’histoire du tourisme dans la capitale.

Jules Chéret, Champs-Elysées. Jardin de Paris, affiche lithographiée, 1890, Gallica/BnF

Jules Chéret, Champs-Elysées. Jardin de Paris, affiche lithographiée, 1890, Gallica/BnF

Je ne pouvais pas rater cette exposition qui croise plusieurs de mes centres d’intérêt : l’histoire de Paris, mais aussi l’histoire du tourisme, pratique qui m’interroge continuellement depuis que je voyage moi-même. En 2014, dans le cadre de mon master à l’École des Chartes, j’avais travaillé sur les guides de Paris au XVIIIe siècle ; la rencontre avec Damien Petermann, doctorant qui consacre ses recherches aux représentations des villes à travers le tourisme avait achevé de me passionner pour ce champ d’études.

Affiches promotionnelles pour Paris, années 60 ou 70

Affiches promotionnelles pour Paris, années 60 ou 70

Lire la suite de cet article »

Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon

Il y a un mois, je vous emmenais sur le chantier d’accrochage de l’exposition « Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon » au Petit Palais. Il est temps maintenant de vous parler de son contenu.

Monstres, chimères, fantômes, squelettes… inquiétantes et étranges silhouettes qui se tapissent dans l’ombre des recueils d’estampes de la Bibliothèque nationale de France. Un peuple bizarre et trouble que Valérie Sueur Hermel, conservatrice en charge des collections XIXe siècle au département des estampes et de la photo de la BnF a voulu dévoiler au grand jour : tremblez, ils envahissent les cimaises du Petit Palais !

Léonore

Eugène Jazet
d’après Horace Vernet, Lenore. Ballade allemande de Bürger, Aquatinte, 1840, BnF

Le Fantastique imprime sa marque à travers tout le XIXe siècle. On sait l’engouement des hommes du temps pour le surnaturel et l’inconscient. Victor Hugo, comme bien d’autres intellectuels, s’adonnait au spiritisme de salon ; tables tournantes, apparitions et projections de l’inconscient ont inspiré multitude d’œuvres artistiques : textes littéraires, photographies, estampes…
L’estampe se prête bien à de tels sujets : imprimée en noir et blanc, elle exprime par sa nature technique même d’une tension entre l’ombre et la lumière. Par ses dimensions réduites, elle forme un médium privilégié à travers lequel l’artiste peut plus naturellement manifester son univers intérieur et projeter ses visions. Multiple et légère comme le papier qui la porte, l’estampe se prête enfin au caprice et à la fantaisie.

« l’eau-forte originale, c’est le caprice, la fantaisie, le moyen le plus prompt de rendre sa pensée » écrivait Alfred Cadart.

Lire la suite de cet article »

Dans les coulisses d’une exposition : l’accrochage de « Fantastique ! »

Le 1er octobre ouvrent au Petit Palais deux expositions sur l’estampe fantastique, l’une consacrée au graveur japonais Kuniyoshi, l’autre à « l’estampe visionnaire, de Goya à Redon ». Connaissant bien la commissaire de la seconde, Valérie Sueur-Hermel, conservatrice à la BnF, j’ai pu assister, le temps d’une matinée, au montage de l’exposition.

L’occasion donc, une nouvelle fois, de vous emmener dans les coulisses des musées et de vous présenter le travail de « ceux que l’on ne voit pas » mais sans qui les expositions ne verraient jamais le jour : scénographes, installateurs, techniciens d’art… Et pour la première fois, ce billet est accompagné d’une vidéo à visionner sur YouTube.

Mise en place d'une vitrine

Mise en place de la dernière vitrine dans l’exposition « Fantastique ! l’estampe visionnaire »

Un montage d’exposition commence entre un mois et deux semaines avant la date d’ouverture : c’est un moment très intense pour ceux qui sont impliqués. Pour les commissaires, c’est un projet porté depuis des mois, voire des années, qui prend enfin concrètement forme dans l’espace. Dans le cas de Valérie Sueur, cette exposition est un rêve depuis longtemps : voici vingt ans que l’idée a germé dans son esprit. Vingt ans, c’est parfois le temps qu’il faut pour mûrir un sujet, convaincre les équipes, trouver un lieu. Entre-temps, elle a organisé ou coorganisé d’autres expositions, dont vous vous souvenez peut-être : Daumier (BnF, 2008), Henri Rivière (BnF, 2009), Odilon Redon (Grand Palais, 2011)… Lire la suite de cet article »

Lyonel Feininger & l’estampe – une exposition au MuMA

Jusqu’au 31 août 2015, le MuMa du Havre expose l’oeuvre graphique de Lyonel Feininger. De cet artiste américain qui a passé la majeure partie de sa carrière en Allemagne, on connaît surtout la grande Cathédrale, qui servit de frontispice au manifeste du Bauhaus. Pourtant, Lyonel Feininger est un artiste prolixe : caricaturiste, peintre, photographe, graveur, il s’est essayé à de nombreux médiums. L’exposition du Havre s’intéresse essentiellement à son travail de dessinateur et de graveur : une occasion rare de découvrir l’estampe allemande de la première moitié du XXe siècle, peu présente dans les collections françaises.

Lyonel Feininger, Ville avec église au soleil, 1918, xylographie. Collection privée

Lyonel Feininger, Ville avec église au soleil, 1918, xylographie. Collection privée

Lire la suite de cet article »

Le vitrail contemporain s’expose à la Cité de l’Architecture

Tout l’été, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine propose d’explorer l’art du vitrail contemporain, principalement dans les édifices religieux. Avec des œuvres de Chagall, Matisse, Soulages, voici une exposition qui a tout pour surprendre, dévoilant un aspect souvent méconnu de la création contemporaine.

Affiche de l'exposition : un détail d'un vitrail de Carole Benzaken pour l'église Saint-Sulpice de Varennes-Jarcy

Affiche de l’exposition : un détail d’un vitrail de Carole Benzaken pour l’église Saint-Sulpice de Varennes-Jarcy

Quand j’ai vu apparaître le vitrail contemporain dans la programmation de la Cité de l’Architecture, j’ai été ravie : la question m’intéresse depuis le lycée. En Terminale, “les artistes et l’architecture” était au programme du bac d’histoire de l’art et j’avais étudié avec un certain plaisir les œuvres de Soulages à Conques, Morellet au Louvre, Marguerite Huré au Havre…

La question du vitrail contemporain est passionnante à plusieurs égards. Tout d’abord, elle touche au renouvellement d’un art pluricentenaire, doté d’une tradition très prégnante. D’autre part, elle touche à l’inscription des formes contemporaines dans un espace sacré – et parfois ancien. Enfin, elle explore quelque chose de méconnu du grand public, mais essentiel dans la marche des arts au XXe siècle : l’union des savoir-faire d’artisans d’art avec la créativité d’artistes novateurs, produisant ainsi à quatre mains de nouvelles formes et techniques…

L’exposition de la Cité de l’Architecture ne prétend pas à l’exhaustivité, bien au contraire : à travers quelques exemples soigneusement choisis, elle dresse un panorama de 70 ans de création.

Lire la suite de cet article »