Un an (et demi!) de linogravure, un bilan

Voilà un peu plus d’un an que je pratique régulièrement la linogravure et je voulais prendre le temps de rédiger un petit bilan d’étape — noter mes progrès, mes projets, partager mes découvertes (je reçois de plus en plus de mails à propos de matériel), relayer les conseils que des gens plus expérimentés m’ont offerts. Bref, de mesurer le chemin parcouru depuis la parution de mon billet « mes débuts en linogravure« . Je voulais initialement le faire pour les six mois, mais mille autres choses sont venues s’accumuler. Alors, je le confesse : l’article a été écrit pour les un an, mais le temps que je publie, il s’est écoulé encore six mois supplémentaires.

Johanna Daniel Linogravure

Mon plaisir de l’été ? Faire de la linogravure sur mon mini balcon parisien

La linogravure, ma meilleure recette contre l’anxiété !

Il faut reconnaître que ces six derniers mois, j’ai un peu moins pratiqué que les six précédents, trop accaparée par le rythme universitaire, par la création de mon entreprise, puis par la frénésie estivale des voyages. Depuis la désormais célèbre « bite ailée » (mon best-seller), conçue pour la Saint-Valentin, je n’ai mené à bien presque aucun projet, mais je ne désespère pas.

Si les gouges et les crayons doivent trop souvent rester rangés (selon la définition toute relative que j’ai de ce mot), je les retrouve toujours avec plaisir, le temps d’une soirée ou d’un week-end. Graver reste ma meilleure recette de relaxation : concentrée sur la plaque, j’oublie tous mes soucis. Dois-je maintenant avouer qu’il y a un an (et demi), quand je me suis mise sérieusement à la linogravure, c’était pour occuper les journées trop longues d’un arrêt maladie et que cette activité minutieuse s’est révélé le meilleur expédient à mon anxiété ? Lire la suite de cet article »

Retours sur un stage de linogravure à l’URDLA

Mi-octobre, je me suis offert un petit cadeau : un stage de linogravure à l’URDLA. Dans un précédent billet, je vous avais raconté mes premiers pas dans cette technique. Après quelques mois de pratique autodidacte, je souhaitais me perfectionner auprès de personnes expérimentées.
L’URDLA proposait justement un stage animé par l’artiste Jérémy Liron sur le thème de la ville graphique. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre et me voici en route pour deux jours lyonnais particulièrement intenses.

Résultat de ma linogravure à la plaque perdue

Résultat de ma linogravure à la plaque perdue

Lire la suite de cet article »