Mata Hari, courtisane, danseuse exotique et espionne

Le nom de Mata Hari évoque encore aujourd’hui le mystère, l’exotisme et l’érotisme. Sa vie a été dissolue et romanesque : prostituée, courtisane, danseuse et espionne, elle n’a cessé de changer de masque, brodant son passé de mille petits mensonges, qui, s’ils ont participé à la construction de son mythe ont également conduit à sa tragique perte. 

Mata Hari, tome 39, vue 6

Albums Reutlinger, Mata Hari, tome 39, vue 6, Gallica/BnF

Lire la suite de cet article »

La cocotte et le couturier : la demi-mondaine comme lanceuse de mode

Les demi-mondaines qui apparaissent dans les albums Reutlinger sont souvent des femmes de spectacle. Pourtant, au fil des pages, elles posent plus souvent dans leur toilette de ville ou de soirée que parées de leur costume de scène. Rivalisant d’audace pour être toujours au centre de l’attention, les demi-mondaines ont été pour les maisons de coutures des ambassadrices de choix et de très efficaces lanceuses de tendances. Qu’il s’agisse de diffuser la beauté de ces femmes ou des tenues qu’elles portaient, la photographie a été le plus efficace outil que l’on puisse imaginer.

Gipsy,  album Reutlinger, tome 61, vue 38, Gallica

Gipsy, album Reutlinger, tome 61, vue 38, Gallica

Lire la suite de cet article »

Beautés raturées

Ce sont les plus belles femmes que Paris a connu au tournant du XIXe siècle qui s’alignent sur les pages cartonnées des albums Reutlinger. En contemplant ces 15 360 photographies de courtisane, le Gallicanaute peut être surpris de découvrir certains de ces visages angéliques gribouillés au crayon, saccagés d’un trait d’encre. Quelle main anonyme a pu commettre pareil sacrilège ?

Arlette  Dorgère, tome 32, vue 35

Arlette Dorgère, tome 32, vue 35

Sur les pages des albums Reutlinger sont collés des milliers de clichés figurants les femmes de spectacle les plus en vue de la capitale, ces demi-mondaines dont les tenues, les frasques et les conquêtes alimentaient la presse et les conversations. Reflet des activités du studio Reutlinger, ces albums devaient faire office de catalogue et servir à la diffusion des photographies.

Lire la suite de cet article »

15.360 clichés des demi-mondaines à découvrir sur Gallica, les albums Reutlinger numérisés

Depuis quelques semaines, les Gallicanautes peuvent découvrir en ligne la soixantaine d’albums de Léopold Reutlinger que le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve. Près de 15 360 clichés, réalisés entre 1875 et 1917 qui figurent tout ce que Paris compte de cocottes, demi-mondaines et actrices. C’est pour marquer l’arrivée de ce nouveau corpus sur Gallica que j’ai décidé de publier une série de billets donnant un aperçu de sa richesse. Pour ce premier numéro, il s’agit de présenter la maison Reutlinger.

Photographie de Mata Hari par Reutlinger

Reutlinger, Mata Hari, (tome 39, vue 6), photographie, Gallica/BnF

Nadar, Reutlinger, Disderi, voici le nom des studios où il était de bon ton de se faire photographier. Si le studio de Nadar était plutôt spécialisé dans le gotha intellectuel, la maison Reutlinger comptait dans sa clientèle une myriade d’actrices, artistes de scène, chanteuses de music-hall et autres cocottes.

Lire la suite de cet article »