Le livre de demain

L’autre jour, en faisant l’inventaire des vieux papiers du grenier familial, je me désolais que la bibliothèque de mon arrière-grand-mère institutrice ne compte aucun titre de la collection du « Livre de demain », si intéressante du point de vue de l’histoire de l’édition et de l’histoire de l’estampe… Je ne me doutais pas que quelques instants plus tard, mon voeu allait être réalisé !

Colette, La fin de Chéri, texte illustré par Constant Le Breton, Edition Fayard, collection Le livre de demain, 1929.

Colette, La fin de Chéri, texte illustré par Constant Le Breton, Edition Fayard, collection Le livre de demain, 1929.

J’explorais un de ces vieux meubles typiques des années 50, fermés par des volets roulants en bois que l’on remontait. Enfant, j’étais très fouineuse et fouiller dans ce meuble me faisait très envie, bien que ce soit interdit. Une seule chose me retenait : j’avais peur que le volet en bois se coince ou sorte de ses rails et que je ne parvienne pas à le refermer. Ma bêtise aurait alors immédiatement sauté aux yeux des adultes !

Un dimanche pluvieux de mai, quinze ans plus tard, dûment autorisée, j’inspectais méticuleusement chaque étagère, à la recherche de papiers pouvant éclairer l’histoire familiale et m’émerveillant de tous les trésors que je dénichais : un cahier d’écolier à l’écriture régulière, au nom de mon arrière-grand-père, un herbier des années 50 constitué par ma grand-mère, un agenda griffonné d’additions et visiblement vieux de plus d’un siècle… et tout en bas, d’une pile de fascicules d’enseignement, j’ai repéré un dos caractéristique, inscrit du titre La Fin de Chéri.

Surprise autant qu’excitée, certaine de ce que j’allais trouver, j’extrais le livre de la pile. Mon intuition était la bonne : c’est bien l’édition chez Fayard, au Livre de demain, de La Fin de Chéri, signé Colette.

Lire la suite de cet article »

Colette (presque) toute nue

Parmi les milliers de photographies que contiennent les albums Reutlinger, une dizaine figurent l’écrivaine Colette. Ces clichés renvoient à la période la plus sulfureuse de sa carrière, celle où la jeune femme, tout juste séparée de Willy, se produisait comme pantomime dans les music-halls parisiens, non sans déclencher quelques scandales.

Colette-Reutlinger

Note: toutes les photographies qui illustrent cet article sont tirées des volumes 53 et 55 des albums Reutlinger conservés par la BnF

Lire la suite de cet article »