Girault de Prangey, un pionnier de la photographie

Les photographies de Girault de Prangey figurent parmi les plus anciennes que l’on connaisse de l’Orient. Parmi les plus côtés également… Pourtant, ce n’est que très tardivement qu’a été redécouverte cette figure singulière, aristocrate sans descendance, artiste érudit et aventurier. La Bibliothèque nationale de France possède une très belle collection de ses daguerréotypes que je vous invite à découvrir sur Gallica.

La vie de Joseph Philibert Girault de Prangey (1804-1892) est fascinante à bien des titres : artiste et érudit, il a été un des premiers photographes de l’Orient. Ses centaines de clichés ont traversé le XXe siècle dans le plus grand secret, avant d’être redécouverts à l’aube du XXIe siècle.

Girault de Prangey, Coupole au Caire,  daguérreotype,  1843

Girault de Prangey, Kaire, S. Kérabat, Coupole, daguérreotype, 1843, Gallica/BnF

Lire la suite de cet article »

Une matrice inachevée de Gustave Doré

L’œuvre de Gustave Doré est foisonnante : des milliers d’illustrations contenues dans les pages de monumentaux ouvrages, accompagnant les textes de Cervantes, Rabelais, La Fontaine… Paradoxalement, peu de dessins préparatoires subsistent de ces gravures. Et pour cause : le multiple que nous admirons est né de la destruction de l’œuvre originale. 

Gustave Doré et Héliodore Pisan, "Et on acheva de laver Don Quichotte", matrice inachevée (gouache sur bois), vers 1860, BnF, réserve du département des Estampes et de la photographie (détail)

Gustave Doré et Héliodore Pisan, « Et on acheva de laver Don Quichotte », matrice inachevée (gouache sur bois), vers 1860, BnF, réserve du département des Estampes et de la photographie (détail)

Lire la suite de cet article »

L’esthétique de la ruine. Paris, 1871, photographies des lendemains de la Commune

Près d’un siècle et demi après la Commune, les photographies des ruines laissées dans la capitale par ces événements continuent à fasciner. Elles dévoilent notre paysage parisien quotidien sous un jour étrange, presque inconcevable à nos yeux : des lambeaux fumants.
Alors que l’histoire de la Commune est assez floue dans la mémoire collective, ces images nous frappent : quelles sont ces scènes apocalyptiques dans les rues de notre « ville-musée » que nous pensons immuable depuis Haussmann? 

Rue de Rivoli pendant la Commune

Rue de Rivoli, photographie anonyme, Paris incendie, 1871, Album historique, BNF/Gallica

Lire la suite de cet article »

Gallica insolite: des casse-cous à bicyclette

Faire du vélo sur une route? Mais c’est surfait mon cher ami! Sur Gallica, nous avons rencontré pour vous quelques casse-cous aux exploits spectaculaires! 

Le saut de la mort… dans la Seine

Peyrusson, nageur et plongeur, avait trouvé le moyen d’arrondir ses fins de mois de façon plus efficace que par les courses de natations. Il devenu un spécialiste du saut en tandem dans la Seine. En août 1909, à l’occasion du meeting international de natation à Bagatelle, il effectue, avec Mme Garnier un saut de 20 mètres…

Agence Rol, les préparatifs avant le saut de la mort [en tandem plongeant dans la Seine], 1909, Gallica/BNF

Agence Rol, les préparatifs avant le saut de la mort [en tandem plongeant dans la Seine], 1909, Gallica/BNF

Lire la suite de cet article »

Gallica insolite: inventer le vélo de demain!

La première moitié du XXe siècle, cet âge d’or du vélo! Enthousiastes, certains inventeurs redoublaient d’ambition pour concevoir le vélo de demain, plus rapide, plus agréable… Vélo-torpille, vélos couchés : je vous propose ici ma petite sélection  des expérimentations farfelues glanées sur Gallica. 

Agence Meurisse, le vélo-torpille de M. Buneau-Varilla, 1913

Agence Meurisse, le vélo-torpille de M. Buneau-Varilla, 1913

Lire la suite de cet article »

Entre mythe et réalité, Londres vu par Gustave Doré

A en observer le nombre de visites guidées proposées aux touristes dans l’East End, le Londres populaire de la fin XIXe siècle fait encore frissonner les imaginations : ruelles sombres de Whitechapel, ballets des dockers, crimes de Bricklane, misère des prostituées… Si le souvenir est fort, il faut se demander à quelles images se réfère notre mémoire collective. Quelques adaptations cinématographiques de Dickens, une vignette d’un journal de faits divers titrant en 1888 sur Jack l’Éventreur, et, surtout, des illustrations fascinantes de Gustave Doré. En effet, vers 1870, l’artiste, qui séjourne alors régulièrement à Londres, illustre l’un de ses chefs-d’oeuvre, London, a pilgrimage, qui va marquer la culture visuelle de toute une époque. Frappantes, ses images du petit peuple londonien sont-elles pour autant le reflet d’une réalité ? Ne témoignent-elles pas plutôt de la vision fantasmée d’un illustrateur poète à l’imagination débordante? 

Londres, banlieue, misère, rail, Gustave Doré

Gustave Doré, Over London by rail, planche pour London, a pilgrimage, 1872, BnF/Gallica

Lire la suite de cet article »

Quand la bibliothèque (numérique) prolonge l’exposition

Imaginons la visite muséale connectée de demain, où comment l’exposition pourrait devenir une bibliothèque, si l’on aidait un peu plus les ouvrages à voler hors des vitrines! 

Détail d'une enluminure, exposition "Miniatures flamandes", BnF/Bibliothèque royale de Bruxelles

Détail d’une enluminure, exposition « Miniatures flamandes », BnF/Bibliothèque royale de Bruxelles

Lire la suite de cet article »

Voir Rome en 1575, le carnet de dessins d’un sculpteur rémois

Voir les oeuvres de la Rome antique avec les yeux d’un artiste français du XVIe siècle? C’est l’expérience que je vous propose aujourd’hui, grâce au fabuleux album de dessins constitué vers 1575 par Pierre Jacques, sculpteur rémois, qui, en séjour à Rome, a dessiné les antiques des plus grandes collections. 

Pierre Jacques, Album de dessins d'après l'antique, exécutés à Rome [vers 1576], vue 21

Pierre Jacques, Album de dessins d’après l’antique, exécutés à Rome [vers 1576], vue 21

Lire la suite de cet article »

25 octobre 1836, le jour où l’obélisque se dressa dans le ciel parisien

Suite et fin de notre triptyque consacré à l’histoire de la place de la Concorde à l’occasion de l’exposition du musée de la Marine. Après vous avoir raconté la création de la place Louis XV au XVIIIe siècle et l’épique voyage de l’obélisque, il me reste à vous relater le spectacle extraordinaire qui se déroula sous les yeux de 200 000 spectateurs, le 25 octobre 1836 : l’antique monument se dressant lentement dans le ciel parisien! 

Cayrac, Erection de l'Obélisque en 1836, aquarelle, 1837, Musée de la Marine

Cayrac, Erection de l’obélisque en 1836, aquarelle, 1837, Musée de la Marine

Lire la suite de cet article »

De Louxor à Paris, la fabuleuse épopée de l’obélisque

En 1829, l’Egypte offre à la France un cadeau d’envergure : les deux obélisques du temple de Louxor. Un présent légèrement encombrant : deux colosses d’une vingtaine de mètres pesant 230 tonnes pièce! Le voyage de l’un des obélisque jusqu’à Paris est une aventure pleine de rebondissement.

Joannis_Abattage_Obelisque

Ce billet est le second volet d’un triptyque de trois articles accompagnant l’exposition « Le voyage de l’obélisque«  présentée jusqu’au 6 juillet 2014 au Musée de la Marine. Si vous avez raté le premier épisode, celui de l’histoire de la place Louis XV avant l’arrivée de l’obélisque, vous pouvez le lire ici.

Lire la suite de cet article »

Avant la Concorde et l’obélisque, la place Louis XV

Alors qu’une exposition au musée de la Marine relate l’incroyable voyage de l’obélisque qui orne la perspective du Louvre aux Champs-Elysées, je me suis plongée dans Gallica à la recherche d’images de la place avant l’érection du monument… Des marécages à la Révolution, voici une petite histoire illustrée de la place Louis XV avant la Concorde et l’obélisque. 

Nicolas Pérignon, Vue de la place Louis XV, avant la construction du Pont, plume, aquarelle et gouache, vers 1780, Gallica/BnF

Nicolas Pérignon, Vue de la place Louis XV, avant la construction du Pont, plume, aquarelle et gouache, vers 1780, Gallica/BnF

Lire la suite de cet article »

Les coffrets à estampe

Gallica s’est récemment enrichi de 15 « coffrets à estampe », précieux trésors de la Réserve du département des Estampes et de la photographie. Caractérisées par la présence d’une image imprimée au revers de leur couvercle, ces boîtes datées de la fin du XVe siècle ont fait couler beaucoup d’encre, tant leur usages demeurent mystérieux.

Coffret à estampe à la Crucifixion, vers 1490/1500, Gallica/BnF

Coffret à estampe à la Crucifixion, vers 1490/1500, Gallica/BnF

Lire la suite de cet article »

Gallica insolite de Saint-Valentin

Vous séchez pour trouver une idée de cadeau pour la Saint-Valentin? L’an dernier, je proposais aux flemmards et rois du dernier moment un « mandat » spécial. Cette année, mon choix s’est porté sur un cadeau odorant mais à l’iconographie tout à fait adaptée!

Jules Cheret, Fromages de ferme [affiche], 1876, lithographie en couleurs, BnF/Gallica

Jules Cheret, Fromages de ferme [affiche], 1876, lithographie en couleurs, BnF/Gallica

Pensez à embrasser avant d’offrir votre présent!

Avant le périph’, la zone et les fortifs’

Le boulevard périphérique ceinture fermement le Paris d’aujourd’hui. Mais qu’en était-il hier? Les abords de la capitale ont maintes fois changé de visage au cours de l’histoire. A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la « Zone » entourait la capitale. Cette bande de terrains vagues précédait l’enceinte défensive érigée par Thiers. Décrétée inconstructible, elle est pourtant rapidement devenue le refuge d’une population aussi miséreuse que nombreuse. Inquiétant le bourgeois, préoccupant le politique, la Zone est aujourd’hui associée au mythe des bas-fonds parisiens. Les photographies qu’en firent Atget et les employés des agences Rol et Meurisse témoignent de la réalité sociale malheureuse.

Agence Rol, Zoniers d'ivry, 1913, Gallica

Agence Rol, Zoniers d’ivry, 1913, Gallica

Lire la suite de cet article »