L’autel macabre de la galerie d’Anatomie de l’Ecole des Beaux-Arts

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de pénétrer dans la galerie d’anatomie de l’Ecole des Beaux-Arts. Mes yeux émerveillés ont observés d’étranges squelettes, de fascinants moulages du vivant et une macabre mise en scène.

Anonyme, autel macabre, fin XVIIe siècle, ENSBA

Anonyme, autel macabre, fin XVIIe siècle, ENSBA

La galerie d’anatomie de l’Ecole des Beaux-Arts recèle bien des trésors. Parmi eux, un petit objet peut prétendre au titre de la curiosité la plus macabre. Sous un dais inscrit de vers de Virgile et de François de Malherbe évoquant la mort, une momie de fœtus gît sur un cénotaphe, encadrée de deux  petits squelettes portant des faux. Un troisième, au pied du cercueil, clôt la composition. Cette mise en scène, dans la tradition du memento mori,  a été composée à la fin du XVIIe siècle.

Cet étrange objet est le dernier vestige existant d’une très prestigieuse collection d’anatomie, la collection de deux célèbres chirurgiens, Jean-Joseph Sue père et fils (le grand-père et le père de l’écrivain Eugène Sue). A partir de 1745, Jean-Joseph Sue père, chirurgien à l’hôpital de la Charité et professeur à l’Académie royale de peinture et de sculpture, mène d’importantes recherches sur la conservation des restes anatomiques. Ses travaux donnent lieu à la publication de plusieurs ouvrages tel L’Anthropotomie ou l’art d’injecter, de disséquer, d’embaumer et de conserver les parties du corps humain (1765). Ses préparations anatomiques sont alors fort connues et admirées, quoique parfois d’un goût douteux. Les auteurs de l’Encyclopédie mentionnent ainsi que le chirurgien a fabriqué et offert au Cabinet du roi une paire de pantoufles… en peau humaine !

Jean Joseph Sue Portrait

Portrait de Jean Joseph Sue, 1775. Wellcome Library, Londres

En 1785, Jean-Joseph père confie sa collection de pièces anatomiques – encore modeste- à son fils. Ce dernier va en faire, en l’espace de quelques années, une des plus importantes collections de ce type en Europe. A la veille de la révolution, elle compte en effet 1300 pièces. Afin de financer son développement, Jean-Joseph fils a l’idée de la présenter au public dans un cabinet où il donne à l’occasion des conférences. Sa réputation est telle que le cabinet est signalé dans plusieurs guides parisiens.

En 1824, Jean-Joseph Sue fils dépose pour 15 ans sa collection à l’Ecole des Beaux-Arts. Mort avant le terme de ce prêt, Sue ne récupérera jamais sa collection, qui, faute d’entretien, va rapidement se décomposer. L’odeur pestilentielle qui règne dans les salles l’abritant nécessite qu’une décision soit prise : bien que considérées comme rares et très précieuses, les pièces d’anatomies, irrécupérables, sont détruites avant 1835. Le petit autel macabre semble être ainsi la seule pièce avoir échappé de la disparition de cet extraordinaire ensemble.

Pour aller plus loin : Philippe Comar (dir.), Figures du corps : Une leçon d’anatomie à l’école des Beaux-Arts, Paris, Beaux-Arts de Paris les éditions, 2008.

4 commentaires sur “L’autel macabre de la galerie d’Anatomie de l’Ecole des Beaux-Arts

  • 4 mars 2014 à 12 h 28 min
    Lien Permanent

    À l’occasion d’un passage à Montpellier, ne pas oublier le conservatoire d’anatomie de la fac de médecine. Il recèle quelques trésors comme les cires de Fontana. Les collections patrimoniales de cette fac de médecine sont particulièrement riche : bibliothèque et musée Atger ! Et il y a d’autres trésors universitaires ( herbiers, musée des moulages… ) qui méritent attention. Au plaisir de s’y croiser un jour…

    Répondre
    • 4 mars 2014 à 12 h 52 min
      Lien Permanent

      Depuis que j’ai lu un mémoire sur les collections universitaires de Montpellier, j’ai très envie de m’y rendre!

      Répondre
  • 4 mars 2014 à 14 h 08 min
    Lien Permanent

    Hallucinant cet autel! Dommage qu’il n’y ait plus de vestige de la collection, j’aurais bien aimé voir à quoi ça ressemblait. Ça me fait penser aux têtes réduites tsantzas, tout aussi intrigantes…

    Répondre
  • 4 mars 2014 à 14 h 25 min
    Lien Permanent

    Eros et Thanatos : le macabre est le grand concurrent du porno, voir les films « gore ».

    Répondre

Laisser un commentaire