Charles Nodier, l’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux, 1830

Gallica regorge de trésors, parmi lesquels quelques uns des chefs-d’oeuvre de l’édition française. L’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux est au nombre de ceci… 

Le récit, « l’histoire d’un roi de Bohème que le narrateur n’arrive jamais à raconter », est l’œuvre de Charles Nodier (1780-1844), homme de lettres et conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, où il tenait un salon littéraire. Pour cet ouvrage, l’écrivain s’est fortement inspiré d’un livre de Laurence Sterne (1713-1768), Tristram Shandy. Outre un contenu narratif similaire, on retrouve dans l’oeuvre de Nodier le même style très imagé et la même abondance de jeux de mots.

Au delà du récit fantaisiste, tout l’intérêt de l’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux réside dans sa mise en page, absolument révolutionnaire dans le paysage de l’édition illustré des années 1830. Voyez comme le texte et sa mise en page dialoguent : les mots forment sept marches quand la phrase évoque un escalier. La typographie est audacieuse, inventive : les lettres s’élargissent, rapetissent, s’inversent au fil du texte…

L’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux est également extraordinaire par son emploi d’une nouvelle technique de gravure, alors à peine implantée en France : le bois de bout. Inventé à la fin du XVIIIe siècle et développé par l’anglais Thomson, le bois de bout présente l’avantage de s’insérer dans la même mise en forme que le texte lors de l’impression tout en offrant une image d’une extrême finesse. Alors même qu’il s’agit de l’un des tous premiers ouvrages français illustrés en intégralité grâce à cette nouvelle technique , L’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux en exploite déjà toutes ses possibilités : les 50 vignettes, dessinées par le célèbre illustrateur Tony Johannot et gravées par Porret, sont placées librement au fil du texte, sans respecter les conventions habituelles du livre illustré.

Malgré son originalité et sa modernité, l’ouvrage passe inaperçu lors de sa publication. Si Balzac, Victor Hugo, Nerval et Delacroix remarquent le livre, celui-ci connait un échec commercial, qui conduit à la faillite de l’éditeur, les frères Delange…

Aujourd’hui, la place de L’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux dans l’histoire de l’édition illustrée est pleinement reconnue. Les spécialistes le décrivent même un ouvrage (très) précurseur du Coup de dé de Mallarmé.

Un commentaire sur “Charles Nodier, l’histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux, 1830

Laisser un commentaire