« Poème de cristal. De Gallé à Lalique, les verreries Art Nouveau du Petit Palais »

Jusqu’en septembre, le Petit Palais (Paris) propose un accrochage exceptionnel de verreries art nouveau conservées dans ses collections. Intitulé « Poème de cristal. De Gallé à Lalique, les verreries Art Nouveau du Petit Palais », l’accrochage rassemble une trentaine de pièces signées des plus grands noms : Gallé, Lalique, Brocard, Daum frères, Décorchemont…

Emile Gallé, Corps de lampe, vers 1900, cristal soufflé à plusieurs couches, marqueterie de verres, bronze patiné, Paris, Petit Palais

Emile Gallé, Corps de lampe, vers 1900, cristal soufflé à plusieurs couches, marqueterie de verres, bronze patiné, Paris, Petit Palais

L’exceptionnelle collection du Petit Palais est en grande partie issue des acquisitions réalisées par la ville de Paris entre 1895 et 1936 pour son musée d’art industriel, alors situé au Palais Galliera. Cet ensemble a été versé au Petit Palais dans les années 1970. Il s’est récemment enrichi de nouvelles acquisitions, prétexte à cet accrochage.

Emile Gallé, Flacon « Angélique », 1893-1894, Paris, Petit Palais

Cet accrochage temporaire présente des pièces représentatives de la production de verrerie de l’Ecole de Nancy autour de 1900. Emile Gallé (1846-1904), artiste incontournable, est bien représenté, avec une dizaine de pièces exposées. Maître verrier et pionnier de l’Art Nouveau, Gallé a exploré de nombreuses voies nouvelles dans les techniques du verre, avec une inventivité créative extraordinaire (superposition de couches de verre, application, incrustation de matériaux, gravure à l’acide, à la roue, technique de marqueterie de verre…). Parmi mes pièces préférées, je vous présente le Flacon « Angélique » daté de 1893-94, en cristal à plusieurs couches et gravé à la roue, avec des inclusions métalliques.

On trouve bien évidement exposés quelques exemples des « verreries parlantes » de Gallé, expression qu’il employait à propos des vases sur lesquels il gravait des poèmes ou des extraits littéraires tirés de Hugo, Baudelaire, Montesquiou…

Daum Frères, Vase « scarabée », vers 1911, Paris, Petit Palais

Egalement membres fondateurs de l’Ecole de Nancy, les Frères Daum ont accueillis, dans leur fabrique, un certain nombre des grands noms de l’Art nouveau. Leur production est représentée, entre autre, par un Vase  « Scarabée » (1911) en cristal à plusieurs couches, dont le décor a été gravé à l’acide.

Ma grande découverte durant cette visite a été l’œuvre de François Décorchemont, dont j’ai particulièrement apprécié le Vase Ginkgo (1913), une pâte de verre.

François Décorchemont, Vase « Ginkgo », 1913, pâte de verre, Paris, Petit Palais

La Lampe de Mosquée, œuvre de Joseph Brocard(1831-1896) est l’une des nouvelles acquisitions du Petit Palais (2011). Ce verre émaillé et doré, daté de 1868 est représentatif de la production de Joseph Brocard, par ailleurs assez mal connu. Autodidacte, il a surtout produit des verreries à décor émaillés inspirés des verreries islamiques des XIIIe et XIVe siècles, s’inscrivant dans la mouvance orientaliste. On retrouve d’autres exemples de sa production au Musée des Arts Décoratifs et au Musée d’Orsay.

Joseph Brocard, Lampe de Mosquée, 1868, Verre émaillé et doré, Paris, Petit Palais

…ii.Plus récentes, les œuvres de Maurice Marinot (1882-1960) appartiennent plutôt au courant Art Déco. Proche des fauves dans sa jeunesse, Marinot s’est tourné dès 1912 vers la verrerie et les émaux. J’ai beaucoup aimé ses verres épais et constellé de bulles, comme le Flacon à parfum « Naïade » (1921, verre transparent émaillé).

Maurice Marinot, Flacon à parfum « naiade », 1921, verre émaillé, Paris, Petit Palais

J’ai beaucoup apprécié cet accrochage, bien que je ne l’ai pas vu dans des conditions idéales : il faisait gris le jour de ma venue, et la luminosité était uniforme… Peut-être que des jours plus ensoleillés, à l’heure du coucher du soleil, les effets de transparence des verres sont plus marqués ? A défaut d’avoir eu la lumière idéale, j’ai tout de même pu apprécier la qualité technique, la poétique de ces créations extraordinaires…

Informations pratiques : Petit Palais, salle 1 et 18. Accès aux collections permanentes gratuit pour tous.  Un petit catalogue édité dans la collection Petites capitales accompagne l’accrochage (12 euros). Vers la présentation sur le site du Petit Palais

Un commentaire sur “« Poème de cristal. De Gallé à Lalique, les verreries Art Nouveau du Petit Palais »

Laisser un commentaire