Ma contribution à WikiLovesMonuments 2017

J’imagine que vous faites comme moi : vous cherchez des infos sur un château, des peintures d’un artiste ; Google vous amène à Wikipédia et Wikipédia vous amène à Wikicommons, cette immense photothèque mondiale et libre de droits. Parfois vous trouvez votre bonheur, d’autres fois non.

Galerie des chevaux du château d’Oiron. Photo personnelle (Peccadille) déposée en CC BY-SA sur Wikicommons

Wikicommons, j’en use et j’en abuse. Je suis, depuis longtemps, une grande utilisatrice de Wikipédia, un projet dont j’admire la force et l’architecture. Je me disais, depuis longtemps aussi, qu’il fallait que j’y contribue, notamment sur le volet « images ». Dix ans à évoluer dans le milieu de l’histoire de l’art, ça fait un beau stock de photos qui dort sur un disque dur. Cinq ans de blogging culturel aussi : un beau gisement de clichés de monuments difficilement accessibles hors Journées du Patrimoine…

Dommage de garder tout ça pour moi, d’autant que j’estime qu’il me faut rendre au Web un peu de tout ce qu’il m’a donné. Avoir un blog. Contribuer à des projets Wikimédia. Lire la suite de cet article »

Un an (et demi!) de linogravure, un bilan

Voilà un peu plus d’un an que je pratique régulièrement la linogravure et je voulais prendre le temps de rédiger un petit bilan d’étape — noter mes progrès, mes projets, partager mes découvertes (je reçois de plus en plus de mails à propos de matériel), relayer les conseils que des gens plus expérimentés m’ont offerts. Bref, de mesurer le chemin parcouru depuis la parution de mon billet « mes débuts en linogravure« . Je voulais initialement le faire pour les six mois, mais mille autres choses sont venues s’accumuler. Alors, je le confesse : l’article a été écrit pour les un an, mais le temps que je publie, il s’est écoulé encore six mois supplémentaires.

Johanna Daniel Linogravure

Mon plaisir de l’été ? Faire de la linogravure sur mon mini balcon parisien

La linogravure, ma meilleure recette contre l’anxiété !

Il faut reconnaître que ces six derniers mois, j’ai un peu moins pratiqué que les six précédents, trop accaparée par le rythme universitaire, par la création de mon entreprise, puis par la frénésie estivale des voyages. Depuis la désormais célèbre « bite ailée » (mon best-seller), conçue pour la Saint-Valentin, je n’ai mené à bien presque aucun projet, mais je ne désespère pas.

Si les gouges et les crayons doivent trop souvent rester rangés (selon la définition toute relative que j’ai de ce mot), je les retrouve toujours avec plaisir, le temps d’une soirée ou d’un week-end. Graver reste ma meilleure recette de relaxation : concentrée sur la plaque, j’oublie tous mes soucis. Dois-je maintenant avouer qu’il y a un an (et demi), quand je me suis mise sérieusement à la linogravure, c’était pour occuper les journées trop longues d’un arrêt maladie et que cette activité minutieuse s’est révélé le meilleur expédient à mon anxiété ? Lire la suite de cet article »

Tous les secrets du verre au Moyen Âge

Si, comme moi, la vue d’une fiole colorée ou d’un fin verre antique brisé vous émeut au plus haut point (quel miracle d’avoir traversé les siècles !), l’actuelle exposition du Musée de Cluny est à ne manquer sous aucun prétexte. Une proposition réussie qui vous fera voir l’art du verre au Moyen Âge d’un œil nouveau : l’accrochage est digeste et diversifié et l’exposition vous réserve quelques insolites surprises !

Gobelets à cabochons provenant d’un palais italien, fin XIVe siècle, Tarquinia, musée archéologique national.

>>> Cette exposition est sélectionnée parmi mes 6 immanquables de la rentrée <<<

Vaste sujet que l’art du verre au Moyen Âge ! La commissaire Sophie Lagabrielle a retenu trois aspects, qui forment les trois chapitres du parcours : le verre d’architecture (entendez vitraux et vitrages); le verre creux (entendez les récipients) et enfin le verre précieux et de précision (objets d’art et optique).

Vase-reliquaire de Saint Savin, France, XIe siècle, Musée de Poitiers

L’exposition se déploie — comme à l’habitude au musée de Cluny — dans les espaces des anciens thermes gallo-romains. Réjouissons-nous tout d’abord de constater que le musée a pris en compte les critiques formulées par le public lors des précédentes manifestations : l’espace est bien plus intelligemment investi et la lisibilité des textes a significativement été améliorée !

Scénographie de l’exposition « Verre, un Moyen Âge inventif »

Lire la suite de cet article »

Sélection personnelle des expositions à ne pas rater cet automne !

Fin septembre, début octobre : les vernissages et les visites presse se succèdent. Les expositions de l’été ferment leurs portes, celles de l’automne ouvrent les leurs…
Quant à moi, faute de pouvoir suivre ce rythme effréné des inaugurations, je mets à jour ma liste des expositions à voir. Voici ce que j’ai sélectionné pour cet automne (à Paris uniquement). N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour partager vos propres coups de cœur !

Rubens, portraits princiers

Des peintres flamands du XVIIe siècle, je préfère Jordaens et Van Dyck à Rubens. Surtout quand il s’agit de peinture d’Histoire — religieuse ou mythologique. Adolescente, je détestais les grands tableaux de Rubens du Musée des Beaux-Arts de Rouen : la touche, les couleurs (ces joues trop rouges !), tout me déplaisait… Mais ça, c’était avant. Avant de découvrir les splendides portraits de Rubens : la présence des modèles, le faste des costumes, les subtiles textures des soies… Je l’avoue, de Rubens portraitiste, ce que je préfère, ce sont les vêtements : son talent pour rendre les effets de la lumière sur le tissu, sa minutie à transcrire le moindre détail d’une précieuse dentelle…


Et de beaux vêtements, il va y en avoir à l’exposition du Musée du Luxembourg, puisque l’accrochage est consacré aux portraits princiers !
Au delà de mon goût pour le costume peint, j’attends de cette exposition qu’elle porte un discours riche sur la société de cour du XVIIe siècle et sur les échanges entre les différents royaumes d’Europe à cette période. Car Rubens ne s’est pas contenté d’être un peintre : d’Anvers à Paris, de l’Espagne à l’Angleterre, l’artiste a aussi eu un rôle de diplomate auprès des grands de ce monde !

Rubens, Portraits princiers, musée du Luxembourg, du 4 octobre 2017 au 14 janvier 2018. 

André Derain, une décennie radicale

Peintre fauve puis cubiste, André Derain est une figure importante — mais trop méconnue — des avant-gardes françaises du début du XXe siècle. Le Centre Pompidou entend porter un nouveau regard sur une période particulière de l’œuvre de l’artiste, celle de la décennie 1904-1914 durant laquelle le peintre embrasse les courants les plus radicaux avant de tracer sa propre voie singulière, dite « byzantine ».

Affiche de l’exposition André Derain au Centre Pompidou

J’aime beaucoup le visuel choisi par le Centre Pompidou pour l’affiche de l’exposition : un détail de la danse (1906). La stylisation des traits, le graphisme du drapé témoignent d’un regard de l’artiste sur l’héritage de l’art roman. Les sources d’inspiration de Derain (l’art médiéval, l’imagerie d’Épinal, les arts dits « primitifs ») seront abondamment évoquées dans cette exposition, comme l’annonce le dossier de presse. Voilà une autre raison de m’y déplacer en plus de mon goût pour les belles couleurs des vues de Londres par Derain et de mon intérêt pour l’estampe (car l’artiste a aussi été un inventif xylographe).

André Derain, Big Ben, 1906, Musée d’art moderne de Troyes.

André Derain, la décennie radicale, Centre Pompidou, du 4 octobre 2017 au 29 janvier 2018. 

Verre, un Moyen Âge inventif

Je suis toujours fascinée par les objets en verre antiques ou médiévaux que l’on peut admirer dans les musées. Au vu de la fragilité du matériau, il m’apparaît presque miraculeux que ces verres, fioles, carafes ou autres récipients aient traversé les siècles jusqu’à nous.

Gobelets à cabochons provenant d’un palais italien, fin XIVe siècle, Tarquinia, musée archéologique national.

J’ai donc considéré avec intérêt l’annonce d’une exposition consacrée au verre médiéval… Tout en ayant une petite crainte : un tel sujet peut vite se révéler très austère — crainte d’autant accrue que les dernières expositions du Musée de Cluny m’avaient un peu déçue.

Visite faite (édit : le compte-rendu est là), je suis convaincue par le propos et les choix scénographiques. Une exposition riche… et surprenante, qui vous mènera des magnifiques vitraux colorés aux bésicles, les ancêtres des lunettes, en passant par les urinaux, ces récipients utilisés par les médecins pour examiner les urines de leurs patients !

Empreinte de lunettes dans un Recueil de Sermons de saint Augustin, livre imprimé, Paris, 1494-1579, Orléans, Médiathèque Maurice Genevois, Inv . ResA1607 et paire de lunette du XVIe, conservée au Musée national de la Renaissance à Ecouen.

Verre, un Moyen Âge inventif, Musée de Cluny, du 20 septembre 2017 au 8 janvier 2018.

>>> Lire ma chronique sur cette exposition <<<

Gauguin, l’alchimiste

Cet hiver, Gauguin est à l’honneur, sur la toile des cinémas, avec un biopic consacré à ses années polynésiennes, et sur les cimaises du Grand Palais. Espérons que l’exposition rétrospective consacrée à la carrière de cet artiste majeur de la fin du XIXe siècle ne tombe pas dans les mêmes travers que le film en gommant les aspects les plus problématiques de sa personnalité, et notamment son rapport avec les femmes durant son séjour tahitien. Je ne suis pas assez compétente pour parler avec justesse de ce sujet, aussi vous renvoyé-je aux articles parus sur la question il y a quelques semaines.

Affiche de l’exposition Gauguin au Grand Palais

Pour ce qui est de l’expo, je l’attends avec impatience car j’aime énormément l’esthétique de Gauguin, notamment dans le domaine de l’estampe (il est l’un de ceux qui ont remis au goût du jour l’esthétique de la xylographie « primitive »). Le propos des commissaires est justement de montrer la complémentarité des pratiques créatives de Gauguin : peinture, sculpture, gravure…

Gauguin, Clovis dormant, huile sur toile, 1884. Dans cette oeuvre, Gauguin figure son fils endormi, tenant la choppe de sa mère, Miette.

Face à la complexité de l’œuvre de Gauguin, je pense que j’aurais beaucoup de mal à produire un compte-rendu à la hauteur de mes attentes. Alors, je vais être raisonnable et ne vous promettre qu’un focus sur son œuvre gravé, domaine que je maîtrise beaucoup mieux 😃

Gauguin, Le porteur de Feï, xylographie, 1898-1899, Galerie Sarah Sauvin

Gauguin, l’alchimiste, Grand Palais, du 11 octobre 2017 au 22 janvier 2018.

François Ier, une autre Renaissance

J’avais beaucoup aimé l’exposition de la Bibliothèque nationale de France consacrée au règne de François Ier en 2015, qui n’avait malheureusement pas obtenu la couverture médiatique qu’elle méritait. Je garde aussi une certaine déception de n’avoir pas fait, la même année, le déplacement à Blois pour y admirer l’exposition « Trésors royaux, la bibliothèque de François Ier » qui regorgeait de magnifiques manuscrits enluminés. Aussi, je ne veux pas rater l’occasion de vous parler ici de l’exposition à venir au Louvre sur François Ier et l’art des Pays-Bas.

Jean Clouet, Portrait équestre de François Ier, XVie siècle, Musée du Louvre.

François Ier, tout le monde l’associe à Chambord, à Fontainebleau, à la Renaissance, et donc, à l’influence italienne. Mais saviez-vous que le roi a aussi montré un grand intérêt pour les arts du nord de l’Europe, faisant venir des peintres des Pays-Bas et y commandant de nombreuses œuvres précieuses, telles de somptueuses pièces d’orfèvrerie ou de luxueuses tapisseries, art dans lequel les Flamands étaient maîtres ?

Une autre Renaissance, donc, est à découvrir au Musée du Louvre cet automne, et je serai au rendez-vous, d’autant qu’il y aura beaucoup d’oeuvres des Clouet, que j’aime énormément.

François Ier et les arts des Pays-Bas, Musée du Louvre, du 18 octobre au 15 janvier 2018

L’art du pastel de Degas à Redon

Admirer des pastels de Degas ou de Redon (ou de tout autre artiste, d’ailleurs), c’est toujours un privilège rare. Car les pastels sont de ces œuvres graphiques très fragiles, qui souffrent de la moindre variation d’humidité, du moindre rayon de lumière et de la moindre manipulation. Fragiles, précieux, et donc rarement montrés. Voilà ce qui rend immanquable l’exposition du Petit Palais de Paris, qui présente cet automne 150 pastels des meilleurs artistes de la seconde moitié du XIXe siècle, période à laquelle cette technique connaît une grande faveur et un fécond renouvellement.

L’affiche de l’exposition l’Art du Pastel, de Degas à Redon

Je n’ai encore rien vu fuiter de cette exposition : ni photos des œuvres ni de la scénographie. Pour cette dernière, je n’ai aucune crainte, le Petit Palais nous éblouit toujours par l’inventivité de ses scénographes. Pour les œuvres, j’ai aussi toute confiance, rien qu’à lire la liste du communiqué de presse : Mary Cassatt, Edgar Degas, Odilon Redon, Jacques-Emile Blanche (un Rouennais !), Paul Gauguin, Auguste Renoir… Bref, du beau monde, de belles feuilles !

Odilon Redon (1840-1916). « Vieil ange ». Pastel et fusain sur papier beige collé sur papier, 1892-1895. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.

L’art du pastel de Degas à Redon, Petit Palais, du 15 septembre 2017 au 8 avril 2018

Et vous, qu’irez-vous voir cet automne ? 

Portraits et clichés de l’architecte

Comment, au cours des siècles, a-t-on portraituré les architectes ? C’était le sujet (un peu austère, mais passionnant) de l’exposition estivale de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, que j’ai vue in extremis à la fin du mois d’août, juste avant qu’elle ne se termine.

Philippe de Champaigne, Portrait de l’architecte Jacques Lemercier, huile sur toile, 1644, Versailles, Musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon.

La représentation de l’architecte : voilà un sujet pour me plaire. J’ai en tête les beaux portraits peints du XVIIe siècle, avec leurs étalages d’outils et de références artistiques témoignant du métier et du goût de leur modèle. Je pense — évidemment — aux gravures qui diffusèrent en nombre ces effigies.

Scénographie de l’exposition « L’architecte. Portraits et Clichés » à la Cité de l’Architecture.

Mais voilà, je ne peux cacher que j’ai été un peu déçue par l’exposition  « L’architecte. Portraits et Clichés ». de la Cité de l’Architecture. C’est un reproche que je fais fréquemment aux productions de cette institution : trop. Trop d’artéfacts, trop de sections, trop de textes… et un parcours somme toute un peu monotone : « le portrait de l’architecte », présenté dans un strict ordre chronologique ; « l’architecte au travail » ; « l’architecte à la une » qui traitait autant de sa représentation dans la presse que dans la culture populaire (timbre, jeux de société, cinéma).

Scénographie de l’exposition « L’architecte. Portraits et Clichés » à la Cité de l’Architecture, Paris

Si j’ai été déçue, j’ai tout de même eu un certain intérêt à lire les textes de salle et à admirer certains artéfacts : de beaux portraits peints, l’émouvant « nécessaire de travail » de ce cher Henri Labrouste… Lire la suite de cet article »

Au Pays de George Sand, une semaine dans le Berry

Une semaine de vacances début août, à fuir la foule des villes et des plages… Une semaine sur les petites routes isolées du sud du Berry, à rouler dans un paysage verdoyant, sur les traces de George Sand. Une certaine idée du paradis cyclotouristique !

L’église de Nohant, face au château de George Sand.

Le choix de notre destination estivale est en grande partie le fruit du hasard… et comme le hasard fait bien les choses ! Initialement, il était question de louer un gîte ou une chambre d’hôte en Bourgogne, mais les prix et les disponibilités ont bien vite eu raison de nos ambitions… Une amie m’avait vanté les beautés du lac de Vassilière, dans la Creuse… peut-être un peu trop loin du train et sans point du Brevet des Provinces Françaises à valider dans les environs. Parcourant ma carte numérique des « rêveries cyclotouristiques », j’explore virtuellement les environs… Mais quel est cet amas de sites BPF réunis dans un minuscule périmètre d’une cinquantaine de kilomètres de diamètre ? Sud du Berry, Nohant… le pays de George Sand ! Je rêve depuis longtemps d’aller découvrir la maison de l’écrivaine, gérée par le CMN. Voilà le lieu idéal pour nos vacances !

A vélo dans le Berry. Photo C. Noisel

Nous louons, à la Ferme des vacances (rien que le nom est une promesse !) une chambre en demi-pension qui rentre pile dans notre budget (50 euros la nuit, 72 avec le repas du soir)… Voilà une affaire rondement menée !
Nous optons pour une arrivée en train à Argenton-sur-Creuse, nous ferons le reste du trajet (60 km) à vélo, à notre rythme. Lire la suite de cet article »

Jardins ! La nature domestiquée et exposée

La saison dernière, j’ai vu deux fois l’exposition « Jardins » au Grand Palais, qui s’est achevée le 24 juillet 2017. J’avais envie de vous en parler, car c’était un événement que j’attendais avec impatience : comment traiter d’un tel sujet, comment mettre le jardin en exposition ?

Etienne Allegrain, Vue cavalière du château et du parc de Saint-Cloud, 1676-1677, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon.

« Jardins » m’a à la fois séduite et déçue. Déçue parce qu’il y avait peu d’explications : beaucoup d’oeuvres m’ont interpellée, intriguée, charmée et j’ai été bien frustrée de ne pas trouver d’explications les concernant (il n’y avait AUCUN texte de salle). Séduite parce que l’accrochage était beau, rythmé, rassasiant : beaucoup d’oeuvres, un parcours plein de surprises et de jeux d’échos… le manque de médiation écrite était alors largement compensé par la richesse des oeuvres.

Antoine Ignace Melling, Le château de Ris-Orangis, aquarelle, 1811, Sceaux. (détail)

Le présent billet est donc le compte rendu de ma visite et de ma plongée dans le catalogue (que j’aimerais bien me procurer !) et vise moins à l’exhaustivité qu’à fixer les souvenirs que je souhaite garder de cette production.

Lire la suite de cet article »

Journées du patrimoine 2017, la sélection d’Orion !

Il est de bon ton, pour un blogueur culture, de proposer à ses lecteurs une sélection d’activités et de lieux à découvrir pour les Journées du patrimoine. Il faut dire qu’il y a plus de 17 000 sites à découvrir, ce qui nécessite bien un petit guide. Alors, allons-y !

Les journées du Patrimoine auront lieu les 16 et 17 septembre 2017

Lire la suite de cet article »

Dans les fonds de la bibliothèque de Besançon

Un peu de bibliotourisme, ça vous dit ? Bibliotourisme… quesaco ? Visiter des bibliothèques en vacances, bien un truc de bibliothécaire ça (enfin, fausse bibliothécaire dans mon cas). Aujourd’hui, c’est à la bibliothèque d’études et du patrimoine de Besançon que je vous emmène. J’ai eu la chance d’y être reçue par Bérénice Hartwig qui m’a présenté l’histoire de l’institution et de ses collections, que je ne connaissais jusqu’alors que par le site Mémoire Vive et le compte twitter associé.

La salle d’exposition de la bibliothèque de Besançon

Lire la suite de cet article »

Le point presse de la rentrée d’Orion en aéroplane :D

Dix septembre, il est temps quand même, pour Orion en aéroplane, de faire sa rentrée ! Avant de reprendre le fil des publications, je vous propose un petit point d’actualité : un résumé de l’été, le programme de l’automne et quelques (bonnes) surprises.

Place Stanislas à Nancy

Un été au rythme du TGVmax

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont pu le voir : j’ai pas mal bougé durant l’été. On peut même dire que j’ai vu les quatre coins de la France, au rythme de mon abonnement TGVmax. Je voulais mettre à profit ces deux mois estivaux pour profiter de cette offre fabuleuse qui permet de voyager de façon illimitée sur le réseau TGV pour un budget très raisonnable (80 euros mensuels) … mais qui s’arrête la veille des 28 ans, âge terrible qui sera bientôt le mien !

Pendant deux mois j’ai donc navigué de ville en ville, de musée en musée … et de canapé en canapé, au gré des invitations des amis et lecteurs d’Orion, que je remercie du fond du coeur pour leur générosité !

Trois jours dans le Nord (Gravelines, Calais, Lille et Roubaix), trois autres dans le Sud à faire la tournée des expositions avec Jean-Luc Cougy (Montpellier, Sète, Aix-en-Provence, Lodève) ; un séjour à Rouen (pour donner un atelier linogravure au Musée de l’Éducation) et un saut au Havre ; un week-end à Grenoble (l’occasion de faire ma première rando en Montagne) ; trois jours à Nancy à l’invitation de Claire Haquet pour poursuivre mon exploration de la bibliothèque patrimoniale ; trois jours à Besançon grâce à la passionnée Bérénice Hartwig qui voulait me faire découvrir sa ville et l’envers du site Mémoire Vive ; une semaine de vacances dans le Berry pour dire bonjour à George Sand et avaler les kilomètres à vélo dans le calme de la campagne ; un long week-end de cyclotourisme sur les bords du canal de Bourgogne ; quelques jours à Octon pour me reposer un peu et donner un coup de main à Verdigris dans la préparation de leur prochaine exposition ; et enfin deux week-ends en Bretagne et à Marseille pour d’heureuses célébrations amicales. Que de kilomètres de rail avalés et que de belles choses admirées !

L’ambition première était de rédiger au fur et à mesure de mes pérégrinations des billets de blog et même de filmer un vlog ! J’ai vite dû revoir ces objectifs à la baisse : pas assez de temps, du travail à assurer (quand même)… et puis de toute façon, le lectorat du blog baisse toujours beaucoup l’été. Tout le monde profite du soleil et il n’y a plus grand monde derrière son écran (et c’est tant mieux) !

Toutes les merveilleuses découvertes de l’été nourriront donc les billets des prochaines semaines ! Car j’ai beaucoup écrit : j’ai noirci des carnets entiers et saturé les cartes mémoires de mes appareils photo…

Séance de rattrapage des billets de blog publiés pendant l’été

Bien que j’avoue n’avoir pas été très régulière sur le blog, j’y ai quand même publié huit billets, dont certains me tenaient très à coeur. Malheureusement, grandes vacances obligent, ils n’ont pas été très lus… Alors j’encourage mes fidèles lecteurs à une séance de rattrapage. Je vous propose de me suivre dans une visite du musée de la Dentelle à Calais, puis à Roubaix pour une découverte du fascinant Musée de la Piscine. Grâce à l’une des conservatrices, j’ai pu voir de près les merveilles de la tissuthèque

La Piscine de Roubaix : vue du légendaire bassin !

De mon séjour à Montpellier, le plus beau moment a été la visite des deux expositions consacrées à l’artiste Jean-Michel Othoniel avec Jean-Luc Cougy. J’aime beaucoup le travail de cet artiste contemporain et je tenais absolument à le partager avec vous.

Vue de l’exposition Géométries Amoureuses, se collectionner soi-même, de Jean-Michel Othoniel, à Montpellier

Durant l’été, je vous ai aussi parlé de Camille Pissarro et d’Alfred Sisley, en écho aux expositions qui étaient consacrées à ces deux artistes impressionnistes à Paris et à Aix. Enfin, j’ai terminé le mois d’août en publiant un court compte-rendu de l’exposition Camille Godet, vue à Rennes au retour d’un week-end de festivités.

Camille Pissarro, Jardin potager et clocher d’Eragny, 1899, Fukushima Prefectural Museum of Art

La liste des billets encore « en brouillon » sur mon ordinateur ou dans mes carnets est longue, mais pour vous mettre l’eau à la bouche, voici un petit avant-goût : dans les prochaines semaines, il sera question de la maison de George Sand à Nohant, de l’horloge astronomique de Besançon, de Jacques Tati, de cyclotourisme (encore !), de la Salines d’Arc-et-Senan, du CIRVA de Marseille et des trésors des bibliothèques de Besançon et de Nancy…

La salle d’exposition de la bibliothèque de Besançon

Un automne chargé… mais plein de nouveaux défis !

Septembre : il faut retrouver Paris, le rythme studieux… D’autant que jusqu’à décembre, mon programme est – passez-moi l’expression – « ultra blindé ». Ce semestre, je partagerai mon temps entre l’enseignement et mon activité d’entrepreneure au sein de la coopérative Clara Bis. Je commence tout doucement à trouver mes marques dans cette nouvelle vie professionnelle qui me permet de multiplier les expériences et de conjuguer mes passions (le patrimoine, le numérique, l’estampe et la transmission, donc).

J’ai d’ailleurs quelques bonnes nouvelles à vous annoncer … et des rendez-vous à vous proposer !

Le 12 septembre, je serai à la médiathèque de Bayonne pour animer une conférence sur la vue topographique en estampe, dans le cadre de l’exposition « Plaque à part, Bayonne en gravure« .

Blanche Hennebutte-Feillet, Biarritz : vue du port vieux et des deux établissements des Bains chauds et des Bains froids , lithographie, vers 1850, Médiathèque de Bayonne

Les 14, 21, 23 septembre et 7 octobre, je proposerai pour le compte de Gallica quatre visites guidées dans Paris spéciales « Gallicanaute ». Il s’agira d’explorer Paris à travers des documents tirés de ma bibliothèque numérique préférée. Les deux thématiques retenues sont « le Paris d’Atget » et « promenade en bord de Seine ». Toutes les informations pratiques et réservations (obligatoires) sur le blog de Gallica.

Le 16 septembre, pour les Journées du Patrimoine, je serai à la médiathèque de Bayeux où auront lieu deux ateliers « Fabriquez votre ex-libris » … en linogravure, évidemment ! (inscription auprès de la médiathèque).
J’annoncerai bientôt d’autres ateliers de linogravure en relation avec des collections patrimoniales, restez à l’écoute !

Et vous, comment était votre été ? Comment se profile votre automne ?

Camille Godet, un peintre à Rennes dans la première moitié du XXe siècle

De passage (rapide) à Rennes, j’ai pu voir in extremis l’exposition estivale du Musée des Beaux-Arts, consacrée à une figure artistique locale de la première moitié du XXe siècle, Camille Godet.

Vue d’ensemble de l’exposition Camille Godet

Par cette exposition, le musée entend faire (re)découvrir à son public le peintre auquel la ville doit plusieurs de ses grands décors (Hôtel de Ville, Maison du Peuple, salon de l’Opéra), mais également mettre en valeur un important don d’une centaine de dessins consenti par les héritiers de l’artiste, il y a 27 ans déjà. Lire la suite de cet article »

Pissarro à Eragny

Vous le savez peut-être, j’ai une certaine passion pour Camille Pissarro – enfin surtout pour les vues urbaines peintes par Pissarro et pour Pissarro graveur. Alors quand j’ai appris que deux musées parisiens allaient consacrer des expositions à cet artiste impressionniste cher à mon cœur, vous pensez bien que j’étais ravie… et j’ai laissé filé le temps sans visiter les expos… ni vous en parler ! Elles sont toutes deux maintenant terminées, mais je tiens quand même à vous offrir ma « visite par procuration » !

Camille Pissarro, Jardin potager et clocher d’Eragny, 1899, Fukushima Prefectural Museum of Art. (détail)

Né en 1830 aux Antilles danoises (aujourd’hui Iles Vierges des Etats-Unis), Camille Pissarro est l’un des artistes majeurs de l’impressionnisme. Il sera d’ailleurs le seul à participer à toutes les expositions du groupe (entre 1874 et 1896). Contrairement à Monet – qui terminera sa vie dans l’aisance et la consécration, Pissarro a connu toute son existence la précarité : ses parents ont du l’aider financièrement jusqu’à ses 40 ans !

Anarchiste, père de huit enfants, il a souvent dû changer de logement faute de revenus suffisants. Ces difficultés financières n’empêcheront pas la famille de rester très soudée : les lettres échangées entre l’artiste et ses proches témoignent de cet attachement filial mais aussi du dialogue artistique entre les membres.

Camille Pissarro, Laveuse dans le jardin d’Eragny, 1899, collection privée (détail)

Pissarro est un artiste prolifique, acharné : on estime qu’il a peint, au cours de sa carrière, plus de 1500 tableaux, auxquels s’ajoutent d’innombrables dessins, gravures… Lire la suite de cet article »

Les géométries amoureuses d’Othoniel

Cet été, l’artiste Jean-Michel Othoniel est à l’honneur à Montpellier et Sète avec une double exposition « Géométries amoureuses ». Au CRAC (Sète), l’artiste présente ses dernières créations. Au Carré Sainte-Anne (Montpellier), il déploie sa collection personnelle – c’est-à-dire celles de ses oeuvres qu’il a choisies de conserver pour lui plutôt que de les vendre.

Vue de l’exposition Géométries Amoureuses, se collectionner soi-même, de Jean-Michel Othoniel, à Montpellier

Othoniel, assurément, vous connaissez : il est l’auteur d’une des plus célèbres bouches de métros de Paris, celle de la Place Colette au Palais Royal. Le « Kiosque des noctambules » (2000), avec ses grosses perles colorées et ses carreaux argentés. Certains adorent, d’autres détestent, mais personne ne reste indifférent.

Longtemps, je n’ai connu Othoniel qu’à travers ce kiosque féerique et de gros colliers exposés à la FIAC (qui ne m’avaient à l’époque pas du tout plu). Et puis, en 2011, le Centre Pompidou a programmé une très belle rétrospective dont je garde quelques images éblouies – une barque échouée – ; d’autres, plus énigmatiques – des tas de soufre.

Jean-Michel Othoniel, Le bateau de larmes, barque et perles, 2004, exposée au Centre Pompidou en 2011

Le temps a passé et quand Jean-Luc Cougy du blog En Revenant de l’Expo a annoncé une double exposition Othoniel dans sa région, j’ai sauté sur la première occasion de venir la voir (et le voir !).

Jean-Luc, qui m’a accompagné dans ma découverte, avait suivi la visite presse en présence de l’artiste (le chanceux !) – j’ai ainsi pu bénéficier de ses connaissances de l’œuvre, mais aussi de ses conseils pour découvrir les deux parcours dans les meilleures conditions possibles.

Note au lecteur : ce billet de blog contient beaucoup de photos de l’exposition et constitue un véritable spoiler. Aussi, si vous comptez déjà vous y rendre durant l’été, je vous conseille sincèrement de garder la lecture de ce billet pour plus tard. Les émotions sont beaucoup plus fortes si on y entre sans rien en avoir aperçu.

Lire la suite de cet article »

Alfred Sisley, l’impressionniste.

Alfred Sisley. Certainement le plus méconnu des « grands noms » de l’impressionnisme. Et pourtant, il est de ceux qui sont restés le plus longtemps fidèles aux principes fondateurs de ce courant pictural. Son catalogue raisonné, abondant, compte 900 peintures. Pour son exposition estivale, l’hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence, propose à ses visiteurs de redécouvrir l’œuvre de Sisley.

Alfred Sisley, Bougival, 1876, Cincinnati Art Museum.

Je suis loin d’apprécier la peinture de Sisley autant que j’aime les tableaux de Pissarro. J’allais voir l’exposition d’Aix pour mieux connaître l’artiste – dont je n’ai en tête que la célèbre série de l’inondation à Port-Marly (quelle déception, il n’y en avait qu’une !) et les paysages de Moret-sur-Loing (déjà évoqués dans un précédent billet).

Je dois avouer que je n’en reviens pas avec une passion fulgurante pour le peintre, mais l’accrochage comme le discours ont répondu à mes attentes : c’est une exposition estivale agréable, facile à aborder. Le parcours est chronologique et centré sur les différents lieux de vie du peintre – le paysage du quotidien ayant toujours été son motif préféré.

Alfred Sisley, La Seine à Bougival en hiver, 1872, Lille, Musée des Beaux-Arts

Pourquoi Sisley est-il moins connu que ses célèbres confrères, Monet, Renoir, Degas, Pissarro ? Est-ce que Sisley ne serait pas un peu méprisé pour le caractère répétitif de sa peinture ? Un petit nombre de thèmes, un style fidèle sur plusieurs décennies, sans l’évolution picturale qu’ont connue Monet et Pissarro ? Lire la suite de cet article »

La tissuthèque, un trésor dans La Piscine de Roubaix

Dans le précédent billet, je vous présentais le merveilleux musée de La Piscine de Roubaix. Peintures, sculptures, céramiques, costumes… le musée possède un autre trésor, que les visiteurs ne peuvent qu’apercevoir à travers une grande baie vitrée, au bout du grand bassin : la tissuthèque.

Un livre d’échantillon à la tissuthèque du Musée La Piscine, à Roubaix

La tissuthèque, des milliers d’échantillons textiles patiemment collectés et collés dans des registres, classés par saison et années : été 1897, printemps 1932… Le musée possède près de 5000 de ces livres d’échantillons, acquis entre 1835 et les années 1930 pour l’École industrielle : ils étaient composés par une entreprise parisienne, qui collectait les échantillons et les montait, très soigneusement, dans les livres, ensuite adressés à des abonnés.
La collection s’est enrichie de livres d’échantillons constitués par les industriels eux-mêmes jusqu’à des dates beaucoup plus tardives.

Lire la suite de cet article »